La dernière campagne

France-2 diffusait hier un téléfilm de Bernard Stora qui mérite vraiment le détour.

Il s’agit en fait d’une fiction politique dont l’action se situe au début de l’année 2012, pendant cette période incertaine où la plupart des candidats sont déclarés sauf un, le président sortant.

J’insiste sur le fait qu’il s’agit d’une fiction et pas d’une reconstitution des faits et des propos qui ont émaillé cette période de campagne électorale.

Plus précisément, l’intrigue est centrée sur Jacques Chirac, homme âgé et diminué qui alterne moments de lucidité et d’acuité de jugement avec des phases d’égarements ou encore de sommeil agité pendant lesquelles il se met à rêver qu’il intervient comme conseiller auprès du candidat socialiste. 😀

Tout ceci est parfaitement jubilatoire, avec une galerie de personnages tous plus vrais que nature, tant au niveau des attitudes que des caractères. Toutefois, si Chirac est un peu épargné avec une approche plutôt sympathique à son égard, Hollande et Sarkozy sont bien caricaturés, le premier avec ses incertitudes permanentes et son côté laborieux et le second blindé dans ses certitudes et assez odieux avec ses conseillers.

Même s’il ne s’agit que d’une fable politique, l’alternance de séquences télévisées bien réelles avec les scènes de fiction fait oublier qu’il ne s’agit pas d’un docu-fiction. Par ailleurs les propos tenus par les uns et des autres, et surtout par Hollande ou Sarkozy, ne sont pas totalement « sortis du chapeau ». En effet, j’en ai reconnu un certain nombre qui ont été rapportés par la presse et en particulier par le Canard Enchaîné qui, on le sait, est plutôt bien renseigné (1).

Pour incarner ce trio de choc, Bernard Lecocq est un Chirac très convaincant (2) tandis que Thierry Frémont (3) et Patrick Braoudé campent respectivement Sarkozy et Hollande avec talent, et en particulier dans les mimiques. Autour d’eux les « seconds rôles » sont également convaincants avec, entre autres, une Bernadette Chirac plus vraie que nature.

Ce téléfilm rappelle un peu l’excellent film « La conquête » mais dans un autre registre puisque ce dernier s’attachait à faire la narration de l’ascension de Sarkozy en 2007. A ce titre ils ne peuvent donc pas être comparés.

Ainsi donc, si vous n’avez pas regardé ce téléfilm hier et si vous disposez de la fonction « replay » sur votre téléviseur ou votre décodeur, n’hésitez pas, c’est un bon moment de télévision.

Notes :

(1) Pour les habitués de ce journal satirique, je fais bien entendu référence ici à la page 2 avec ses célèbres brèves de la « Mare aux Canards » 😉

(2) Bernard Lecocq avait déjà incarné Jacques Chirac dans l’excellent film « La conquête ».

(3) Thierry Frémont a un don particulier pour se glisser dans les personnages (Francis Heaulme, Picasso, Dreyfus). Ici je l’ai trouvé un peu moins ressemblant que ne l’était Denis Podalydès dans « La conquête ».

Ce contenu a été publié dans Cinéma et Télévision, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *