Carnet de voyage en Corse – Calvi et l’Île-Rousse

Après une fin d’année 2013 plutôt prolifique (5 articles en 3 mois) je reprends enfin le cours de mon carnet de voyage en Corse que j’avais un peu laissé de côté (voir la liste des articles déjà publiés).

A la suite de deux ou trois billets à vocation pratique pour un séjour en Corse, je m’étais concentré sur des articles un peu plus conséquents qui visaient à vous faire découvrir un certain nombre de mes lieux favoris. C’est ainsi que je vous avais emmenés, d’abord au Cap Corse, puis en Balagne.

Avant d’aborder de nouveaux endroits, ce billet s’inscrit dans le prolongement du précédent puisqu’il s’agit de parler des deux plus grandes localités de Balagne que sont respectivement Calvi et l’Île-Rousse (1).

Le but de ce carnet de voyage n’étant pas de se substituer à un guide touristique, je vous fait grâce des caractéristiques détaillées de ces deux localités et je vous laisse donc le soin de vous plonger dans la littérature très fournie que vous pourrez trouver en librairie ou sur internet (2). Ainsi, fidèle à ce principe, je ne vais me borner qu’à vous livrer quelques impressions personnelles tout en essayant de les illustrer au mieux avec les images que j’ai pu y capter.

— 0 —

Calvi et l’Île-Rousse sont deux villes très différentes, chacune avec son caractère, chacune avec son charme, le tout à apprécier différemment en fonction des dispositions dans lesquelles on se trouve.

Calvi

Située dans un site incomparable avec sa baie magnifique, nichée entre son imposante citadelle et son port de plaisance, Calvi est l’archétype de la ville méditerranéenne, fière de son histoire, élégante, très animée et un brin « pipole ». 😉

Hormis une visite de la citadelle, ne serait-ce que pour y apprécier le point de vue sur la baie, on se plaira à flâner le long des petites rues commerçantes ombragées, sinon sur l’esplanade de l’élégant port de plaisance.

Au coeur de la ville l'église et son fronton très coloré

Ce dernier est très fréquenté et vous pourrez certainement y admirer quelques grands yachts ou voiliers de luxe. Prenez le temps de vous installer un moment sur l’une des nombreuses terrasses de bars qui longent les quais.

Ainsi, vous pourrez observer les mouvements dans le port et pourquoi pas apercevoir quelques célébrités. En effet, même si Calvi n’est pas Saint-Tropez, ni même Porto-Vecchio, il n’est pas rare d’y croiser, en toute simplicité, quelques personnalités du show-bizz, du cinéma, etc..

En dehors du centre ville lui-même, les environs de Calvi n’ont rien de vraiment notable. Au sud, en allant vers l’aéroport, c’est une plaine plutôt poussiéreuse qui n’a pas de réel intérêt en dehors de quelques domaines viticoles dont certains se prêtent à la dégustation et à la vente au public (3). En revanche, pour qui apprécie la plage, nombreuses sont celles qui s’étalent le long du golfe en allant vers l’est.

Si vous prenez, vers l’ouest, la route qui mène à Ajaccio par la côte, deux lieux valent le détour.

D’une part la pointe de la Revellata que l’on peut atteindre à pied, et d’autre part le point de vue de Notre-Dame de la Serra auquel on accède par une route sinueuse et étroite, bordée de rochers érodés par le vent, ce qui leur donne ces petits airs de sculptures modernes. Ces deux endroits sont l’occasion pour de très jolis points de vue de la ville et de son environnement, comme illustré ci-dessous.

Pour davantage de photos, activez le diaporama ci-dessous. S’il ne s’affiche pas, cliquez ici.

— 0 —

L’Île-Rousse

A 25 km vers l’est, l’Île-Rousse présente un visage bien différent de celui de « Calvi la Belle ».

L'île RousseS’il s’agit en effet d’une cité moins chargée d’histoire que son élégante voisine, elle n’en est pas pour cela moins attrayante, mais dans un registre assez différent.

Autant j’apprécie d’aller passer un après-midi à Calvi pour y flâner, prendre un verre sur le port ou faire du shopping, autant j’aime l’Île-Rousse pour y vivre au quotidien. Ce n’est donc pas un hasard si j’y pose régulièrement mes valises, dans un hôtel sur les hauteurs qui dominent la ville (4).

Pour résumer on peut dire que l’Île-Rousse a un caractère plus populaire, plus familial, et un peu moins « bling-bling »… 😉

Vue panoramique de l'Ile Rousse depuis Monticello

Si le site est moins prestigieux que celui de la baie de Calvi, il est toutefois suffisamment attrayant pour ne pas s’en lasser. On peut apprécier la petite localité de deux endroits différents, soit côté montagne, soit côté mer.

Du côté montagne, prenez la petite route qui monte vers Monticello. En chemin, sinon du village lui-même, vous disposerez d’un panorama sur l’ensemble de la ville, avec son port (où accostent régulièrement les ferries venus du continent), et sa plage accessible depuis le centre ville.

De l'île de la Pietra en regardant vers l'ouestA l’opposé, si vous prenez le chemin du port depuis le centre ville, après avoir franchi une sorte d’isthme, puis dépassé le port lui-même et sa gare maritime, vous arrivez sur l’îlot de la Pietra.

Il s’agit en fait d’un gros rocher de couleur rouge orangé sur lequel un chemin piétonnier est aménagé pour monter jusqu’en haut au niveau du phare ou d’une ancienne tour Génoise.

Le rocher de la PietraDe là, si la visibilité est bonne, vous pourrez apprécier une vue à 360°, aussi bien sur la ville et la montagne en arrière plan, que sur la côte vers l’ouest en direction d’Algajola, Lumio ou Calvi, sinon à l’inverse sur le massif des Agriates vers l’est.

Dans les rues de l'île rousseLa cité en elle-même est typique de ces villes où il fait bon vivre en toute simplicité.

La pause sous les platanes de la place PaoliIl est plaisant de s’y promener le long de ses rues commerçantes, de faire ses courses pour le pique-nique sous le marché couvert, d’aller se détendre sur la plage toute proche avec sa large promenade, sinon de passer un moment à une terrasse de café sous les platanes de la place Paoli et finir la soirée dans un des nombreux restaurants des deux rues qui convergent vers le port (5).

La grande plage de l'île Rousse au centre ville

Pour davantage de photos, activez le diaporama ci-dessous. S’il ne s’affiche pas, cliquez ici.

— 0 —

A lire également dans la même rubrique :

Notes :

(1) Leur populations sont respectivement de 5600 et 3600 habitants. Les autres localités de Balagne ne sont en général que de tout petits villages, sinon quelques gros bourgs comme Calenzana ou Belgodère.

(2) Pour commencer, vous pouvez déjà lire ces deux articles que Wikipédia y consacre soit pour Calvi et pour L’île-Rousse. Sinon, pour une vision un peu plus touristique et ludique, reportez vous à l’un des guides que j’ai évoqués dans cet autre billet dédié à la préparation du séjour.

(3) En juin 2012, j’avais consacré un article à propos des vins de Provence et de Corse, et plus particulièrement de ceux de la région de Calvi (voir cet article).

(4) Il s’agit de l’hôtel Funtana Marina qui, s’il n’a pas changé depuis la dernière fois que j’y suis allé, est une excellente adresse (ce qu’en dit Trip Advisor).

(5) Les restaurants y sont nombreux mais, à chaque séjour, je ne manque pas d’aller « Chez Paco » où la cuisine y est succulente et en particulier leur paëlla et plus généralement tous les plats de poisson…! (ce qu’en dit Trip Advisor).

Ce contenu a été publié dans 4-Tourisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Carnet de voyage en Corse – Calvi et l’Île-Rousse

  1. J’ai adoré Calvi, un vrai petit paradis! D’ailleurs en juillet il y a le festival calvi on the rock, des concerts sur la plage… la classe 🙂
    Comptez au moins 3 nuits pour découvrir cette belle petite ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *