Observer la voute céleste

Dans un récent article, j’évoquais l’existence d’une application pour Androïd destinée à visualiser, en temps-réel, l’état de la voute céleste. Il s’agit de Google Sky Map. J’en dispose sur mon téléphone portable et je suppose que ce logiciel est également disponible pour les tablettes Androïd, ce qui devrait le rendre encore plus pertinent car un smartphone, du fait de la taille de son écran, n’est pas très adapté pour ce genre de visualisation.

A la recherche d’une remplaçante à mon antique application pour PC (Skymap de Chris Mariott), je me suis rendu compte que la nouvelle version de celle-ci est devenue très sophistiquée (élaborée par des astronomes pour des astronomes) et en conséquence, d’un prix pas vraiment symbolique (environ 40€ en version light et jusqu’à 100€ en version pro). Par ailleurs je n’ai rien trouvé de véritablement adapté à mon besoin et surtout à des prix raisonnables. En plus il n’est pas très pratique de se balader dans la nature pour observer le ciel avec son PC sur les genoux… :-))

Sur i-pad, il existe une grande variété d’applications à des prix variés et dont certaines sont même gratuites. Un article du « Cosmographe » récapitule les 10 meilleures à son sens. Toutefois, cet article date de fin 2010 et il est probable qu’il existe dorénavant d’autres applications que celles qu’il cite.

Pour finir, j’ai jeté mon dévolu sur une application sympathique et peu onéreuse (moins de 3€), dénichée par mon ami Bruno (lecteur et contributeur de ce blog). Elle remplit tout à fait les fonctionnalités de base que j’attends. Cette application s’appelle tout simplement « Carte du Ciel« . Pour l’amateur occasionnel que je suis, c’est bien suffisant. Elle exploite parfaitement les fonctions GPS de l’i-pad, propose un mode d’affichage de nuit, permet de rechercher un objet céleste, d’en obtenir les caractéristiques, et plein d’autres choses que je n’ai pas encore eu le temps d’explorer.

Petit clin d’œil pour terminer.

Lorsque j’ai commencé à m’initier à l’astronomie, vers la fin des années 60, à l’occasion de séances proposées par le prof de mathématiques de mon lycée, nous avions alors été dotés d’un planiciel qui était une carte tournante pour ajuster la vue selon la date et l’heure (un peu comme le disque de stationnement… 😉 ).

Ceci ressemblait à ce qui est représenté ci-contre (image trouvée sur le blog de Bauds).

J’ai encore à ma disposition ce précieux document collector.

Ce contenu a été publié dans 6-informations pratiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *