Bernard Minier, une bonne référence dans le domaine du thriller

C’est un peu par hasard que je me suis remis à la lecture, activité que j’avais plus ou moins délaissée depuis deux ou trois ans. En effet, sur recommandation de quelqu’un de mon entourage, je me suis lancé (sans grande conviction au départ) dans la lecture d’un roman policier (façon thriller), intitulé « Glacé », lequel a été écrit par un auteur qui m’était jusque-là inconnu mais dont je me suis aperçu, après coup, qu’il avait en réalité une certaine notoriété, y compris à l’étranger.

Cet auteur s’appelle Bernard Minier et vous pourrez en apprendre beaucoup sur lui en parcourant, d’une part l’article qui lui est consacré dans wikipédia, et d’autre part son site personnel. En conséquence, inutile de vous décrire par le menu détail sa biographie et sa bibliographie…!

Bernard Minier_GlacéEn revanche, je profite de cet article pour vous dire tout le bien que je pense de cet auteur après la lecture de son premier roman « Glacé ».

Il s’agit d’un thriller, dans les règles  de l’art qui s’appliquent généralement pour ce type d’exercice, mais dans lequel Minier a cherché, me semble-t-il, à adopter une narration sobre et plutôt réaliste en nous immergeant petit à petit dans cette histoire, certes un peu sordide, tout en restant malgré tout dans les frontières du plausible, avec juste ce qu’il faut de rebondis-sements. D’autre part, et contrairement à beaucoup de romans de ce genre, l’auteur n’a pas fait appel, de manière excessive, aux séquences d’angoisse et aux descriptions « gore » comme cela est souvent trop le cas dans ce genre de littérature.

S’agissant de l’écriture proprement dite, je l’ai trouvée très agréable, fluide et élégante. Le rythme est maintenu avec une technique d’alternance de séquences faisant apparaître les différents lieux et acteurs de l’intrigue, rendant ainsi le roman captivant sans pour cela sombrer dans la confusion inhérente à ce genre de pratique.

En conclusion, j’ai bien aimé ce premier roman de Bernard Minier et je m’apprête à me lancer dans la lecture du second, intitulé « Le cercle », lequel n’est pas vraiment une suite du précédent, en dépit du fait que certains personnages sont les mêmes, et en particulier celui de Martin Servaz, officier de police de la brigade de Toulouse.

Pour avoir lu quelques livres dans ce genre, je classerais Bernard Minier au même niveau que Maxime Chattam ou Jean-Christophe Grangé (pour ne citer que ces deux là) que j’avais également bien appréciés mais à qui j’ai reproché parfois des côtés confus ou un peu « trash » qui n’apportent pas grand chose.

Et voilà…! Si vous cherchez un livre pour l’été, les romans de Bernard Minier peuvent être une bonne piste (ils sont pour l’instant au nombre de quatre dont trois en collection économique de poche).

Ce contenu a été publié dans Lecture, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *