Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas

Presse présidentielle 2017Dimanche 7 mai 2017, il est presque 20 h et le journaliste égrène à l’écran le compte à rebours avant l’annonce du résultat de ce second tour des élections présidentielles, lequel opposait François Hollande et Marine Le Pen. L’issue est très incertaine car le taux de participation a été particulièrement bas avec 37,5% d’abstention.

Stupeur pour beaucoup de Français, c’est le visage de Marine Le Pen qui s’affiche à l’écran. Elle remporte cette élection d’une courte tête mais sans contestation possible avec 50,41% des voix. C’est un moment historique pour la France, au sens positif du terme pour un grand nombre de français qui ont fait ce choix inédit, mais aussi au sens le plus funeste qui soit pour beaucoup d’autres, et en particulier pour Antoinette, vieille Dame de 94 ans qui, entourée de ses proches, assiste tétanisée à ce séisme politique. L’ancienne résistante et militante pour les droits de l’homme et la diversité est totalement anéantie.

Couverture album La Présidente

C’est ainsi que commence la bande dessinée intitulée « La Présidente » réalisée par François Durpaire et Farid Boudjellal et dont le sous-titre est « Maintenant vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas… ». (1)

S’il s’agit bel et bien d’une oeuvre de politique fiction, l’originalité réside dans le fait que l’essentiel de ce qui y est raconté s’appuie, avec une stricte précision, sur le programme du Front National et rien d’autre.

Bien évidemment, le scénario du déroulement des premiers 100 jours de Marine Le Pen à la tête de l’Etat est de pure fiction et les différentes nominations au gouvernement, les libellés des ministères, les diverses réactions du monde politique, les propos tenus par les uns et les autres, etc. etc. sont totalement imaginaires mais pourraient être en revanche parfaitement crédibles dans un tel contexte.

boudjellalLapresidente-3Ainsi, avec le programme FN en guise de fil rouge, nous assistons, aux côtés d’Antoinette de ses petits-fils et de sa petite protégée Fati, à la mise en place de la politique de répression vis à vis des émigrés, des médias, etc., de la surveillance accrue et du fichage, du repli économique, mais également à la réorientation de la politique extérieure de la France avec l’amorce du retrait de l’Europe et le changement des alliances internationales.

Bien évidemment, ne soyons pas naïfs, cette bande dessinée n’est pas une fiction documentaire qui ferait une part équitable entre les différences tendances politiques. Non, bien au contraire, il s’agit là d’une fiction totalement « à charge » contre la politique affichée par le Front National mais qui se donne une certaine crédibilité en s’appuyant sur un programme dont peu de français ont dû vraiment en prendre connaissance. De même, l’ouvrage nous propose de temps à autre des intermèdes pédagogiques afin de nous rappeler tel ou tel élément historique ou de contexte.

INTER LA PRESIDENTE P001-160  210X285.inddToutefois, l’ouvrage ayant été réalisé antérieurement aux attentats de novembre 2015 (2), une partie du déroulement supposé de ce début de quinquennat perd un peu de sa crédibilité du fait de la non prise en compte de cette tragédie. Il en est de même pour certains événements qui ne se sont en réalité pas du tout soldés comme imaginés par les auteurs.

Voilà pour le contenu dont je n’en dévoilerai pas davantage afin de vous laisser le soin de découvrir par vous-même le déroulement de ces trois premiers mois de présidence, jusqu’à un épilogue qui ne manquera peut-être pas de vous surprendre…

Si l’on s’en tient à la forme, les dessins de Farid Boudjellal sont très réalistes et la plupart des personnages peuvent être reconnus aisément sans que l’on ait besoin d’en rappeler les noms. En revanche, tout est réalisé en noir et blanc, conférant ainsi à l’ouvrage une atmosphère sombre et anxiogène. Dans le chapitre des réserves, si les dialogues sont plutôt pertinents dans l’ensemble, il en est d’autres qui sonnent nettement plus faux avec un aspect trop démonstratif qui n’a rien de naturel. C’est en particulier le cas des échanges entre Antoinette et ses proches qui frisent parfois la caricature.

En résumé, en dépit de quelques maladresses de forme, « La Présidente » est un ouvrage tout à fait salutaire dans la mesure où il éclaire une hypothèse d’évolution politique sur la base d’éléments objectifs, même s’il s’agit bien évidemment d’une véritable fiction pour ce qui est de la déclinaison du programme du FN dans les faits supposés. Ceci étant, comme certains commentateurs politiques, je me demande si ce livre ne va pas seulement servir qu’à conforter ceux qui sont déjà convaincus de ne pas voter pour le FN.

Durpaire-BoudjellalPour terminer, un mot sur les auteurs de cette bande dessinée. François Durpaire est un universitaire spécialisé dans les domaines de l’éducation, à la fois pour la France et les Etats-Unis. Son engagement politique est clairement affiché pour la diversité culturelle. On le rencontre parfois comme consultant à la radio et à la télévision et entre autres pour BFMTV (3). Pour sa part, Farid Boudjellal est un dessinateur issu de l’immigration dont l’oeuvre est surtout connue pour sa série d’albums autobiographiques « Petit Polio ».

Si vous avez envie d’en savoir davantage sur la genèse de cette bande dessinée, je vous conseille de regarder cette vidéo de l’émission « On n’est pas couché » de Laurent Ruquier du 23 janvier 2016 où Durpaire et Boudjellal étaient venu présenter, et défendre, leur ouvrage face à Léa Salamé et Yann Moix.

— 0 —

(1) Publié aux éditions Les Arènes BD – Demopolis (novembre 2015).

(2) Ironie du hasard, cette bande dessinée a été publiée le 12 novembre 2015, la veille exactement des attentats des terrasses, du Bataclan et du Stade de France.

(3) François Durpaire s’est d’ailleurs assez largement associé à quelques experts de cette chaîne d’info.

Ce contenu a été publié dans Lecture, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *