L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón

Il y a quelques temps je suis tombé, par hasard, sur un roman intitulé l’ombre du vent de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón. Ce bouquin m’a enthousiasmé et ce petit article est donc destiné à vous le faire connaître et peut-être à vous inviter à le lire si vous avez l’occasion de le trouver en librairie.

L'ombre du ventEn fait, ce roman est assez connu car de nombreux sites sur internet y font référence et les critiques que j’ai pu en lire sont plutôt positives à son égard. En conséquence, je ne vais donc pas redire ce qui l’a déjà été largement par ailleurs et je me bornerai donc à n’en livrer qu’un rapide résumé du contexte de l’intrigue qui sous-tend cette étonnante histoire.

L’action se déroule dans la Barcelone des années 50 durant cette période trouble de l’histoire espagnole marquée à la fois par la fin de la guerre et par la chape de plomb imposée par le régime Franquiste. Daniel est un  tout jeune homme, fils d’un libraire reconnu. Un jour son père l’emmène en un lieu étrange dénommé « le cimetière des livres oubliés ». Il lui propose alors de choisir un livre en s’engageant à en prendre toujours le plus grand soin. Daniel tombe sur un roman intitulé « l’ombre du vent » écrit par un illustre inconnu dénommé Julian Carax. Dès lors, subjugué par ce livre, Daniel n’aura de cesse de retrouver la trace de cet écrivain dont la seule chose que l’on sache est qu’il a dû fuir Barcelone pour Paris durant les années 20. La curiosité de Daniel n’en sera que plus grande lorsqu’il apprendra qu’un obscur personnage hante la ville à la recherche des livres de Carax afin de les détruire par le feu. Toute la suite du roman va nous décrire cette quête du jeune Daniel durant laquelle il va retrouver petit à petit des fils de l’histoire de Julian Carax, mais également croiser quantité de personnages tout à la fois attachants, inquiétants, énigmatiques, etc. et qui ont tous, plus ou moins, leur part de mystère à livrer.

J’ai bien aimé ce livre, au moins pour deux raisons. D’une part, toute l’histoire à un peu les allures d’un roman policier, voire parfois même d’un thriller fantastique, le tout dans une atmosphère chargée de mystère et de surnaturel, sans toutefois verser dans le sordide ou le spectaculaire inutile. D’autre part, Carlos Ruiz Zafón a un talent incomparable pour décrire les personnages et les lieux dans lesquels ils évoluent. On imagine parfaitement chaque personnage jusqu’au moindre détail et l’atmosphère parfois pesante de certaines situations y est très palpable. D’une certaine manière il y aurait presque du Simenon dans cette manière de décrire les ambiances. Je ne suis pas loin de penser que « L’ombre du vent » est un bouquin assez addictif, on ne peut pas le lâcher tant on a envie de se plonger encore et encore dans la quête obsessionnelle du jeune Daniel et, lorsqu’arrive la fin et la révélation à laquelle on ne s’attend d’ailleurs pas forcément, on a comme l’impression de quitter des amis et on en est un peu triste.

Pour en savoir davantage sur ce livre et sur son auteur, voici quelques liens qui pourront vous aider :

Pour terminer, j’ai appris récemment que le roman « l’ombre du vent » est en fait le premier d’une série de trois livres dans le cadre d’une trilogie intitulée « le cimetière des livres oubliés ». Les deux romans qui suivent s’intitulent respectivement « Le jeu de l’ange » et « le prisonnier du ciel ».

Bonne lecture…! 😉

 

Ce contenu a été publié dans Lecture, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *