Picasa – Ajuster la lumière

Dans l’article précédent, nous nous étions essentiellement intéressés à l’interface générale du « centre de retouche » de PICASA, et plus particulièrement aux fonctions de base consistant à redresser et recadrer des photos.

Aujourd’hui, nous allons aborder un domaine un peu plus technique avec la gestion de la luminosité et la notion de contraste qui en découle.

(C)Darth’Blog

Avant de passer à la pratique, il est nécessaire d’expliciter cette notion d’histogramme qui a été évoquée dans l’article précédent.

Il s’agit d’une représentation graphique de la répartition des éléments de votre image (pixels) en fonction de leur luminosité, celle-ci étant exprimée selon l’axe des X (horizontal) du noir absolu à gauche au blanc absolu à droite, et avec toutes les nuances intermédiaires entre les deux. L’axe des Y (vertical) exprime la quantité d’éléments dénombrés pour chaque valeur de luminosité.

Ainsi par exemple, le graphique ci-dessus montre une photo assez peu contrastée avec une répartition plus ou moins régulière des luminosités. Un histogramme dont les hautes valeurs seraient décalées vers la droite dénoterait une photo surexposée (on dit également « cramée ») et à l’inverse, si elles sont décalées vers la gauche, une photo sous-exposée (on dit alors « bouchée »).

Ce type d’information est bien souvent disponible au travers d’une option de l’appareil photo lui-même, permettant ainsi d’anticiper le résultat de la prise de vue.

Avec PICASA, l’histogramme visualise en plus la répartition selon les couleurs de base. Ici, nous sommes en présence d’une photo plutôt sombre, quelles qu’en soient les couleurs, et plus particulièrement pour les bleu et magenta.

Au passage, il faut noter que l’usage des hautes, ou des basses, lumières peut être un élément artistique permettant de créer des ambiances. Il n’est donc pas nécessaire de faire une fixation sur la forme de la courbe des luminosités ;-). C’est l’appréciation du rendu qui compte en premier lieu. L’usage de l’histogramme est uniquement là pour contrôler les ajustements que l’on peut faire en post-production.

picasa retouche_2Les commandes de base relatives à la gestion de la luminosité se trouvent dans le second onglet du centre de retouches. Elles sont matérialisées par les trois premiers curseurs.

Première opération facile à réaliser, l’éclairage d’appoint avec le premier curseur, lequel est également disponible dans le premier onglet du centre de retouche.

Contre jour "bouché"Dans l’exemple ci-contre, nous avons droit à une photo particulièrement « bouchée » de la bonne ville de Cahors, un jour de printemps pluvieux, et avec une orientation un peu trop à contre-jour. Il aurait été nécessaire de « forcer » un peu l’exposition au moment de la prise de vue.

Peu importe, le post-traitement est là pour sauver l’honneur du photographe (cliquez sur les image pour les agrandir).

Après éclairage d'appoint

Bon, le résultat n’est pas fabuleux mais, sans trop forcer sur le curseur, nous sommes tout de même arrivés à quelque-chose d’un peu plus acceptable.

On jettera un coup d’œil à l’histogramme pour se rendre compte qu’il a fait l’objet d’un léger glissement de la masse de pixels sombres vers le centre. A noter également son aspect crénelé, caractéristique de telles opérations de décalage.

Il faut retenir à ce stade que ce curseur applique le même algorithme à l’ensemble de la photo. Autrement dit, il éclaircit bien les zones sombres mais tout autant les zones claires, ce qui n’est pas forcément ce que l’on aurait souhaité. Dans le cas d’une photo initialement très contrastée, le résultat peut être décevant en « cramant » des zones déjà assez claires.

Photo peu contrastéePour cela, les deux autres curseurs vont être utiles pour agir sélectivement afin de forcer les hautes ou les basses lumières et donc en accentuant le contraste.

Prenons par exemple cette photo d’un détail du fronton de l’abbatiale de Beaulieu sur Dordogne en Corrèze. Faible contrasteCelle-ci est assez peu contrastée et l’histogramme montre en effet peu de pixels aux deux extrémités du graphique, et une tendance globale plutôt dans le clair.

Contraste accentuéIci, il aura suffit de jouer conjointement sur les curseurs « haute lumière » et « ombre » Réglage du contrastejusqu’à obtenir un résultat où le contraste permettra de mieux apprécier la finesse des sculptures. Les zones les plus claires ont été légèrement accentuées, tandis que celles qui l’étaient un peu moins ont été assombries. Contraste accentuéTout ceci se fait bien entendu « au jugé » et en fonction de l’appréciation personnelle. L’histogramme nous aidera éventuellement à vérifier que l’on a pas trop « tiré » dans un sens ou dans l’autre. Ici il s’est « aplati » vers les deux extrémités en conservant malgré tout la tonalité claire.

Vous remarquerez qu’il suffit de peu pour changer significativement le rendu d’une photo. Ici, en forçant encore davantage les ombres, le résultat m’était apparu plus artificiel, mais dans certains cas cela peut aussi contribuer à donner un style particulier à la photo.

Dans cet exemple, vous remarquerez que l’action a également permis d’obtenir une ambiance plus « chaude ». Nous reparlerons de ceci plus tard lorsque nous aborderons la gestion des couleurs.

Pour être complet, notez l’icône située à droite du curseur des hautes lumières. Il s’agit d’un « wizard » (un magicien en quelque sorte) qui analyse globalement l’image et propose un réglage optimal des deux curseurs précités. Parfois le résultat est satisfaisant, parfois un peu moins, mais c’est une étape à partir de laquelle on peu ensuite fignoler.

De même, dans le premier onglet des outils de base, un bouton intitulé « contraste auto » permet d’effectuer une opération similaire, laquelle peut parfois fournir des résultats totalement bluffants. J’ai ainsi pu améliorer des photos brumeuses dans lesquels les contrastes ont été très sensiblement ravivés.

Ce contenu a été publié dans photographie, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *