Picasa – Parcourir la photothèque

Il y a un peu plus d’un mois, je consacrais un article à un outil simple pour débuter en retouche de photos numériques.

Il s’agit du logiciel PICASA pour lequel j’entame ici une série d’articles pratiques dont le but est de fournir tout simplement un « marchepied » pour démarrer. Autrement dit, il n’est pas question de réaliser un véritable manuel d’utilisation. Il existe déjà suffisamment de choses disponibles sur internet pour ne pas en rajouter.

Avant de vous présenter (dans le prochain article) les fonctions de retouches proprement dites, ce premier volet va traiter aujourd’hui de l’interface de navigation à l’intérieur de votre « photothèque », ainsi que de quelques fonctions basiques.

Nous avions vu que PICASA était conçu pour examiner l’ensemble des disques durs de votre PC et d’y repérer les dossiers qui contiennent des images en format jpg ou tout autre format tels que gif, tiff, raw, png, etc. La liste des supports acceptés peut être ajustée par le menu outils→options→types de fichiers. A noter que PICASA peut également prendre en compte les fichiers de type vidéo dans les formats classiques associés (avi, mpg, mov, etc.).

Rappelons également que, pour éviter un démarrage trop laborieux de l’application, il est conseillé de désigner les dossiers que l’on souhaite vraiment prendre en compte. Ceci est possible à partir du menu outils→ gestionnaire de dossiers.

Ainsi par exemple, on pourra exclure les espaces temporaires ou de sauvegarde ainsi que les espaces du système d’exploitation et des applications installées.

Au passage, ceci me permet de vous recommander d’adopter une convention stricte de stockage de vos images afin de ne pas les laisser s’éparpiller un peu partout sur les disques durs. 😉

Lors de cette sélection, il sera possible de moduler la manière de traiter les dossiers par PICASA. Soit on a à faire à un dossier dont le contenu évolue fréquemment, auquel cas on sélectionnera « toujours analyser », sinon on pourra préciser « analyser une seule fois » pour ceux dont le contenu a peu de chance d’évoluer. Cliquez sur l’illustration ci-dessus pour l’agrandir.

Au démarrage, l’interface de PICASA se présente comme indiqué par l’image ci-contre (cliquez dessus pour l’examiner de plus près).

A gauche se présente l’arborescence des dossiers pris en compte et ceci de manière assez similaire à ce que fait tout navigateur de fichiers. La présence d’un petit triangle clair indique qu’il existe des sous-dossiers et en cliquant dessus on les visualisera. La valeur entre parenthèses indique le nombre total de documents contenus dans le dossier en question (y compris dans ses sous-dossiers).

Des boutons situés en tête de ce volet de navigation permettent de changer le mode d’affichage (linéaire ou en arbre, tri selon différents critères, etc.).

Vous remarquerez enfin, en tête de liste, deux dossiers spéciaux intitulés respectivement « albums » et « personnes ». Pour le premier il s’agit de la liste des dossiers qui ont fait l’objet d’une publication sur internet, et pour l’autre de la liste des visages qui ont été identifiés. Nous aborderons ces deux concepts un peu plus tard.

Lorsque vous sélectionnez un dossier particulier en cliquant dessus, la partie droite en visualise le contenu sous forme de vignettes. Leur taille peut être ajustée en jouant sur le curseur situé en bas sous le bandeau bleu. Si vous sélectionnez une photo en cliquant une seule fois sur sa vignette, ses caractéristiques générales s’affichent dans le bandeau bleu (nom, date, heure, dimensions, taille).

Examinons maintenant quelques fonctions élémentaires que l’on retrouve d’ailleurs, pour la plupart, avec l’explorateur de fichier de Windows:

  • Il est possible de sélectionner plusieurs photos en cliquant sur chacune de leurs vignettes et en maintenant simultanément enfoncée la touche Ctrl du clavier.
  • De même une série de photos peut être sélectionnée en cliquant sur la première, puis sur la dernière, en maintenant simultanément enfoncée la touche Maj du clavier.
  • L’appui sur la touche Suppr du clavier permet de supprimer les fichiers associés sur le disque.
  • Le bouton situé en haut et à gauche, avec une flèche verte, permet de lancer un diaporama des photos contenues dans le dossier.
  • Deux boutons situés en bas permettent de faire pivoter dans un sens ou dans l’autre la photo sélectionnée.
  • A droite du bouton vert « Partager » (dont nous parlerons plus tard) trois autres permettent :
    • d’envoyer la/les photos sélectionnées par mail,
    • de les imprimer avec différents modèles de mise en page,
    • d’en effectuer une copie vers un autre dossier avec différentes options (redimensionner, renuméroter, ajout de filigrane).
  • Par un clic-droit sur l’une des vignettes sélectionnées un menu contextuel permet d’effectuer toute une série d’opérations (dont certaines déjà citées ci-avant). Nous en aborderons certaines dans de futurs articles, sinon je vous les laisse découvrir.
  • A noter toutefois l’action intitulée « Propriétés » (la dernière du menu) qui permet d’afficher à droite un panneau dans lequel les caractéristiques détaillées de la prise de vue sont affichées. Ceci est précieux pour le photographe… 😉

S’agissant enfin des fonctions de réorganisation des images dans les dossiers, ou des dossiers entre eux, les choses sont encore perfectibles :

  • Le principe du « glisser-déplacer » bien connu par ailleurs fonctionne tant que les éléments en question sont des images individuelles.
  • Lors d’une telle opération, le fait de faire stagner le curseur de la souris sur un dossier dans la colonne de navigation ne provoque pas le déploiement automatique des sous-dossiers… 🙁
  • Pour déplacer un dossier dans un autre, il est nécessaire de le faire par l’option disponible via le menu contextuel (clic-droit).
  • Il en est de même pour les fonctions de renommage ou de suppression de dossiers.
  • En revanche, il est possible de déplacer une ou plusieurs photos au sein d’un même dossier (chose impossible avec l’explorateur Windows). Ceci a un intérêt pour regrouper des photos qui étaient initialement dispersées afin d’effectuer un diaporama ou une publication sur internet avec des enchaînements cohérents. Attention, cela n’a de sens qu’au sein même de PICASA, en termes d’affichage, et n’a aucun impact sur l’emplacement physique sur le disque.
  • Pour terminer, notez dans les menus contextuels l’option « rechercher sur le disque » qui permet d’ouvrir l’explorateur Windows sur le dossier et le cas échéant l’image sélectionnés.
  • Sélection de favorisVous remarquerez enfin un petit bouton comportant une étoile (il est situé en bas de l’écran à côté des deux boutons de rotation d’image). Lorsque vous cliquez dessus, l’image sur laquelle vous êtes positionné devient un « favori » et, à ce titre, elle va apparaître dans un dossier virtuel parmi les albums. L’image ainsi choisie va être marquée d’une petite étoile sur sa vignette. Dossiers virtuels_FavorisCe précieux outil  va permettre de sélectionner un certain nombre de photos, éventuellement dispersées dans plusieurs dossiers, et de les regrouper en une seule entité virtuelle afin d’y appliquer des opérations globales (publication, exportation, impression, montages, diaporama, etc.).

Bon, je pense vous avoir dit l’essentiel pour démarrer avec PICASA et commencer à organiser votre photothèque.

Je vais de ce pas préparer la suite avec un article dans lequel je vous présenterai les fonctions de base de la retouche d’image. Vous verrez, c’est ultra simple… A bientôt ! 😀

Ce contenu a été publié dans photographie, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *