Le bureau des légendes (saison-2)

Bureau des légendes saison 2Il y a presque un an, je publiais une chronique dans laquelle j’évoquais un certain nombre de bonnes séries (tant françaises qu’étrangères), et entre autres du Bureau des légendes réalisée par Eric Rochant et produite par Canal+.

Pour ceux qui ont aimé, ce qui est mon cas, vous devez être impatients de voir la saison-2. Alors soyez rassurés, vous allez pouvoir satisfaire votre curiosité car les deux premiers épisodes sont programmées dès lundi prochain 9 mai et, si vous n’êtes pas disponibles ce soir là, vous aurez de toute manière largement la possibilité de les voir, soit en « décalé » soit sur la chaîne dédiée aux séries, soit encore « à la demande ».

Maintenant, il est temps de « réviser » un peu et de se remémorer les éléments principaux qui ont émaillés la saison-1. Pour commencer, voici déjà ce que j’en avais déjà dit dans la chronique évoquée ci-avant.

LE BUREAU DES LEGENDES - Visuel EditionAu sein des services secrets français (DGSE), une unité particulière, appelée le bureau des légendes (BDL), est chargée de suivre les « clandestins », c’est-à-dire ces agents en immersion totale, et parfois pour de longues périodes, dans des pays étrangers. Ils sont souvent chargés d’identifier celles et ceux qui pourraient être un jour recrutés comme source de renseignement. Ils vivent dans ces pays « sous légende » c’est-à-dire sous une identité complète, construite de toute pièce et pas seulement au niveau du nom mais également de tout ce qui peut faire partie de la vie d’un homme ou d’une femme. Parmi eux, Guillaume Debailly, alias « Malotru », est rappelé de Damas où il a vécu 6 ans (officiellement comme prof de Français) afin d’intégrer le BDL à Paris. Fort d’une expérience reconnue, il devient un des membres du staff de direction et se trouve en charge d’organiser des opérations délicates allant de l’exfiltration d’un agent en difficulté en Algérie à la mise sur les rails d’une jeune femme ingénieur en  sismologie comme agent en Iran sur la problématique du nucléaire. Ce que Guillaume n’avait pas prévu, c’est de retrouver Nadia à Paris, laquelle était sa maîtresse à Damas et à laquelle il était très attaché. Ébranle par cette rencontre, Guillaume va avoir du mal à se séparer de sa « légende » et prendre des risques par rapport aux protocoles de sécurité en vigueur. En effet, Nadia, attachée culturelle auprès du régime de Bachar El Assad, sous couvert d’une formation, est en réalité ici pour participer à des négociations avec l’opposition en exil. Cette série franco-française, réalisée par Eric Rochant, est une divine surprise pour la production hexagonale. Voici une série qui peut largement rivaliser avec les meilleures séries américaines. C’est très bien fait, tout le monde s’accorde à dire que c’est très crédible, et le scénario est extrêmement soigné, sans perte de régime, avec un suspens savamment dosé pour que l’on ait toujours envie d’en savoir plus, sans pour autant sombrer dans le spectaculaire inutile ou le rebondissement improbable, comme cela est parfois le cas dans ce genre d’exercice. Le talent reconnu d’Eric Rochant (3) et de ses scénaristes vaut certainement beaucoup dans la qualité de cette fiction mais il a également eu le nez pour mettre en place un casting irréprochable. Autour de Mathieu Kassovitz, excellent dans le rôle de Guillaume Debailly, tous les autres (de Jean-Pierre Darroussin, à Léa Drucker en passant par Gilles Cohen, Sara Giraudeau, Jonathan Zaccaï, Florence Loiret, et plein d’autres moins connus) tous sont parfaits de crédibilité, pas une seule fausse note dans le jeux. Parfois on se demanderait presque si l’on est pas au cœur d’un documentaire au sein du BDL. Bref… vous l’avez compris, nous allons attendre avec impatience une saison-2.

A cela, il conviendrait d’évoquer le rebondissement du dernier épisode durant lequel Guillaume Debailly s’aperçoit qu’il vient d’être l’objet d’une manipulation de la part des services secrets américains, avec des complicités internes au BDL, visant à en faire un agent double.

Allez, je vous laisse gamberger… et, si nécessaire, vous trouverez sur internet bon nombre de sites qui évoquent cette série et plus précisément la saison-2.

Ce contenu a été publié dans Cinéma et Télévision, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *