Midi à sa porte et désinformation

Je vous propose aujourd’hui ce petit billet, uniquement pour faire écho à deux points d’actualité qui étaient ce matin à la une des bulletins d’informations à la radio.

– 0 –

Chine et EuropeTout d’abord, il était question de la décision de l’administration de Bruxelles de taxer les importations de panneaux photo-voltaïques en provenance de Chine. En effet, l’Europe emboîte le pas à quelques autres pays, dont les Etats-Unis qui, soit dit en passant, sont passés maîtres en matière de protectionnisme mais qui n’en loupent pas une pour dénoncer ceux qui auraient la mauvaise idée d’en faire autant à leur égard.

Concernant les panneaux solaires, il semblerait avéré que le gouvernement Chinois  subventionne massivement cette industrie en pleine expansion. La décision  de les taxer est-elle bonne ou non ? A vrai dire je n’en sais trop rien. Toujours est-il que Bruxelles a décidé ceci contre l’avis de l’Allemagne laquelle ne souhaitait pas « froisser » les Chinois. On les comprend car ils y ont assez fortement investi le marché de l’automobile, avec de nombreux partenariats, ainsi que beaucoup d’autres domaines d’ailleurs. Ceci étant, force est de constater que les menaces Européennes sont quand même assez mesurées.

Réponse prévisible, le gouvernement Chinois commandite une enquête sur le « dumping » de l’Europe (et donc de la France en première ligne) à propos de la production viticole, laquelle est certainement plus ou moins subventionnée, directement ou indirectement, et entre autres par la PAC.

Ce matin, sur France-Info, le président d’une fédérations de viticulteurs s’inquiétait de cette riposte, expliquant que le marché Chinois était très important pour eux et il s’en prenait essentiellement à l’administration de Bruxelles pour avoir pris une telle décision sans penser aux conséquences sur leur secteur.

Bien que je ne sois pas un fervent défenseur de la bureaucratie Bruxelloise, loin de là, je ne pense pas que nous puissions la taxer de ne pas avoir pensé à ça. Mais peu importe, imaginons un instant  que la Chine subventionne massivement sa production viticole avec une mise sur le marché Français de vins, de qualité équivalente, à des prix inférieurs de 20 à 30% aux productions locales ? Pure fiction, certes, mais qu’aurait alors dit ce brave représentant du secteur ? N’aurait-il pas approuvé une décision similaire de l’Europe ? N’a-t-on pas vu dans le passé des acteurs de la profession s’en prendre à des camions ou à des magasins suspectés de transporter ou de vendre du vin en provenance d’autres pays ? y compris Européens.

Chacun voit effectivement « midi à sa porte »…! Rien de bien nouveau en définitive… (1)

– 0 –

réforme-retraite-2013Le second sujet concernait la réforme des retraites. En effet, le rapport Moreau semble entrer dans vif du sujet en proposant de trancher dans des secteurs tabous que ni François Fillon, ni Eric Woerth n’ont osé aborder n leur temps.

Il s’agit essentiellement de l’allongement de la durée de cotisation pour bénéficier d’une pension à taux plein et de l’alignement du régime des fonctionnaires sur celui du privé, mais pas seulement puisqu’il y est également question, entre autres, de la désindexation des pensions et de la contribution accrue de la part patronale.

Il y a seulement quelques jours, François Hollande voulait montrer qu’il n’y avait pas que du Flanby dans ses muscles en déclarant que c’était au gouvernement Français de décider de ce qu’il convenait de faire et pas à Bruxelles.  Et Toc ! OK, pourquoi pas ? Après tout, ceci était une manière d’affirmer la souveraineté du pays…

Hélas il ne s’agissait, je crois, que d’un coup médiatique de plus car on voit bien qu’il est au fond convaincu d’une réforme douloureuse des retraites comme la commission Européenne l’y engage et qu’il n’a pas vraiment le choix. Tant pis pour les envolées lyriques de la campagne et les promesses associées. Ce ne sera pas la première qui passera à la trappe. Le réalisme politique est cruel…! De toute manière, s’il veut être réélu en 2017, il a intérêt à faire passer les réformes douloureuses dès maintenant afin que l’on ait un peu oublié d’ici là…! C’est de la stratégie politique.

Ainsi donc, il est probable que nous allons avoir droit à un automne animé mais il me semble peu probable que la mobilisation soit aussi importante qu’elle ne l’a été pour les deux réformes précédentes. D’une part la crise est passée par là, d’autre part l’électorat de la gauche modérée ne va pas se mobiliser comme il a pu le faire dans le passé, et enfin l’opposition aura beaucoup de mal à mobiliser ses troupes contre des réformes dont ils ont rêvé lorsqu’ils étaient au pouvoir. Le gouvernement a-t-il pour autant un boulevard devant lui pour se lancer dans cette nouvelle réforme ? Certainement pas, il va y avoir des dégâts collatéraux à tous les niveaux et les prochaines échéances électorales risquent d’en être sérieusement affectées.

Enfin, s’agissant du serpent de mer de l’alignement du régime des fonctionnaires sur celui du privé, l’affaire est plus complexe qu’il n’y paraît. Certes, ce régime est plus avantageux mais il faut, avant toute prise de position, y regarder de plus près. Certains avantages existent également du côté du privé dont les fonctionnaires pourraient demander à en bénéficier (les bonifications pour enfants par exemple). Un autre sujet méritera également d’être abordé avec la problématique de l’entrée des primes dans l’assiette de calcul de la pension. Enfin, n’oublions pas que certains salariés du privé bénéficient parfois de mises en retraite anticipée assorties d’avantages financiers non négligeables tout en percevant en plus des indemnités de chômage sans avoir à rechercher un emploi. Ceci n’est certes pas la règle, mais cela existe et brouille le débat.

Bref, on voit que, si l’on peut admettre que cet alignement entre public et privé est une mesure de justice, ce n’est pas aussi simple que ça et il faut sortir des raccourcis simplistes que les médias diffusent. Autrement dit, d’accord pour que l’on sorte de cette « guerre de cent ans » et qu’on ne parle plus des privilèges des uns et des autres mais à condition que l’on aille jusqu’au bout sans rien occulter, ni céder aux lobbys.

A ce titre, les médias font assez souvent l’amalgame entre le régime de retraite des fonctionnaires et les régimes dits « spéciaux ». Ceci est une autre affaire et c’est une erreur manifeste que de vouloir tout mettre dans le même paquet. En effet, les fameux régimes spéciaux ne concernent qu’un certain nombre d’entreprises publiques (SNCF, RATP, EDF, GDF,  etc.) ou certains métiers (Police, Armée, Clercs de notaires, Marins, voire même l’Opéra de Paris…!). Ainsi on constate que nous sommes loin de couvrir l’ensemble des agents des trois fonctions publiques (état, hospitalière, territoriale) et il est totalement déloyal de laisser penser ainsi que tous les fonctionnaires sont de honteux privilégies qui bénéficient de ces fameux régimes spéciaux. Ceci me fait penser à ma Grand-Mère (paix à son âme) qui , lorsqu’elle avait appris que j’allais entrer dans la fonction publique, m’a déclaré qu’elle en était ravie car ainsi je n’aurais pas à payer, ni les billets de train, ni l’électricité, ni le téléphone, que je pourrais prendre ma retraite à 55 ans et en plus ne pas trop travailler…! 😀 J’ai eu un peu de mal à l’en dissuader…

– 0 –

 (1) Pour les curieux qui voudraient connaître l’origine de cette expression populaire allez visiter cette page.

 

Ce contenu a été publié dans 1-l'humeur du moment, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *