Retour d’expérience photo de la rentrée

Trêve estivale oblige, cela fait maintenant trois mois que je n’ai rien écrit dans ce blog. 🙁

Me trouvant un peu en panne d’inspiration sur mes sujets de prédilection, je décide aujourd’hui de « remettre le pied à l’étrier » en vous proposant un petit retour d’expérience photo au travers d’une sélection de quelques clichés que j’ai pu prendre durant cet été.

Pour chacun d’entre-eux, cliquez dessus pour les visualiser en grande résolution.

Fidèle à ma passion pour les photos rapprochées (pour ne pas dire de macrophotographie) voici quatre clichés de fleurs rencontrées au hasard des jardins et des champs.

Fleur d'ail ornementalPour commencer, un exemple typique de jeu sur la profondeur de champ avec cette superbe fleur d’ail ornemental.

Pour les experts en photographie, ce type de flou dit « artistique » porte le nom étrange de bokeh.

Ici, le cliché a été pris avec une focale de 300 mm et une ouverture de f/6,3. Le mode automatique a fait le reste avec une sensibilité de 200 ISO et une vitesse de 1/320 s.

Fleur de mentheAutre exemple similaire pris avec quasiment les mêmes paramètres (300 mm ; f /6,3).

Il s’agit cette fois-ci d’une fleur minuscule de menthe à côté de laquelle on passe bien souvent sans prendre le soin d’en apprécier la finesse.

Ici aussi, la profondeur de champ très réduite ne permet pas d’identifier l’arrière plan, ce qui est heureux car il ne le méritait vraiment pas… 😉

Détail d'une fleur de mentheToujours concentré sur mon pied de menthe, en voici maintenant une vue très rapprochée obtenue avec l’aide d’une bonnette additionnelle sur l’objectif. J’ai déjà eu l’occasion de parler de ce type d’accessoire dans cet article (1).

Cette fois-ci, la focale est très courte avec 27 mm et l’ouverture très faible avec f/11. (pour mémoire ISO 200 et vitesse 1/160 s).

Il faut toutefois savoir que l’utilisation de la bonnette ayant provoqué un assez fort vignettage sombre, j’ai du procéder à un petit recadrage en post-traitement.

Ici, un tel mélange des genres donne au final un résultat assez inattendu. D’une part la faible ouverture fournit un bonne profondeur de champ autour de la fleur elle-même dont on distingue tous les éléments, et d’autre part le vignettage inhérent à l’usage de la bonnette provoque cette impression de bokeh qui est du meilleur effet.

20160713_172835Enfin, pour terminer sur ce domaine, voici un dernier cliché d’une petite fleur rencontrée sur le bord d’un chemin de campagne.

Ce qui caractérise cette photo est le fait qu’elle a été prise avec un smartphone assez banal et même pas de dernière génération (Samsung Galaxy-S3). Les paramètres de la prise de vue sont les suivants : focale 3,7 mm ; f/2,6 ; iso 200 ; 1/512 s.

Ceci montre que les appareils photo conventionnels ont du souci à se faire car on peut ainsi arriver à des résultats tout à fait corrects avec ce type d’appareils embarqués et, la technologie évoluant par ailleurs, il est probable que la qualité ne pourra aller qu’en augmentant.

— 0 —

Passons maintenant à deux photos de mes « amis les insectes »… toujours fascinants mais par ailleurs difficiles à photographier du fait de leur grande mobilité.

Ici, il s’agit d’une sympathique petite abeille venue se régaler dans les lavandes.

Faute de prendre le temps de faire des réglages, l’automatisme n’a pas trop mal fait les choses, même si une vitesse d’obturation un peu plus élevée aurait été bienvenue.

Pour information, les paramètres de la prise de vue sont les suivants : focale 300 mm ; f/6,3 ; iso 1000 ; vitesse 1/320 s.

Dans des conditions un peu différentes et avec un sujet moins rapide, voici un de ces très redoutables frelons asiatiques occupé à se délecter avec les figues tombés de l’arbre.

Ici, la bête n’étant pas vraiment sympathique, la focale a été portée à 450 mm pour se tenir à bonne distance. 😉 et pour être tout à fait honnête, la photo a été recadrée sensiblement sur le sujet.

Pour le reste la vitesse ayant été forcée à 1/800 pour éviter le flou-bougé dû à la longue focale, l’ouverture s’est retrouvée à f/5,6 avec une sensibilité calée à 1600 iso, d’ou une assez faible profondeur de champ et un début de grain, accentué par ailleurs par le recadrage.

— 0 —

Même si je n’en fait pas une fixation, je rechigne rarement à effectuer des prises de vue dans la perspective de réaliser par la suite un assemblage panoramique. Ainsi donc, je vous livre ci-après deux montages que j’ai eu l’occasion de réaliser cet été. Le post-traitement a été l’oeuvre du logiciel Autopano lequel est non seulement très facile à utiliser mais surtout d’une performance remarquable pour détecter les points de raccord entre les clichés.

Ce premier exemple concerne le monumental château de la cité médiévale Vitré en Ille-et-Vilaine. Le manque de recul suffisant face à cet immense édifice est le cas idéal pour recourir à un montage panoramique.

Château de VitréIci, il n’aura suffit que de deux images seulement, prises avec une focale courte de 27 mm. Pour le reste l’automatisme a sélectionné une ouverture de f/11, une sensibilité à 200 iso et une vitesse d’obturation à 1/320.

On note la perfection des raccords réalisés par le logiciel et, chose assez rare, l’extraordinaire respect des verticales avec une correction sphérique très efficace dont le seul signe est la forme arrondie de la traînée de condensation du passage d’un avion.

brasserie-de-latrium-a-daxAutre exemple de panoramique où les verticales sont parfaitement respectées avec cette vue de l’intérieur de la brasserie de l’Atrium à Dax dans les Landes. L’Atrium est un des multiples bâtiments de style Art-Déco de cette célèbre ville thermale.

Ici aussi on pourra encore noter le remarquable travail d’assemblage réalisé par le logiciel.

A noter aussi que les deux clichés qui ont servi pour ce panoramique sont également l’oeuvre d’un smartphone Samsung Galaxy-S3. Les paramètres de la prise de vue sont les suivants : focale 3,7 mm ; f/2,6 ; iso 100 ; 1/100 s. Ce n’est certes pas parfait comme cela aurait pu l’être avec un reflex mais il n’y a tout de même pas trop à dire.

— 0 —

chapeau du soleil couchantEnfin, pour terminer, une photo d’ambiance où un dernier rayon de soleil couchant illuminait ce coin sombre  du salon en profitant du reflet dans le miroir.

Ici, pas d’élément technique à signaler, Je n’ai pensé qu’à saisir l’instant éphémère de cet éclairage singulier et j’ai laissé faire l’automatisme pour le reste.

Ceci étant, en examinant les paramètres de la prise de vue, je regrette de n’avoir pas travaillé un peu mieux mes réglages en évitant par exemple que la sensibilité soit passée à 1600 iso quitte à baisser la vitesse du fait de l’aspect statique de la scène.

Notes :

(1) si vous voulez réviser vos connaissances en matière de technique photo, vous pouvez aller faire un tour dans mes différents tutoriels. vous y découvrirez en particulier les notions de profondeur de champ, de gestion de la lumière et de la couleur, etc. etc.

Ce contenu a été publié dans photographie, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Retour d’expérience photo de la rentrée

  1. Antoine dit :

    super photos, et merci pour toutes ces précisions techniques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *