Arno, Brel, Reggiani, Nougaro…

Quel rapport peut-il exister entre ces artistes ? Et surtout, que peut bien faire Arno dans cette liste ?

Vous connaissez peut-être Arno (alias Arnold Charles-Ernest Hintjens) ? ce grand escogriffe « peigné avec un pétard » avec sa voix rocailleuse et son accent Belge à couper au couteau, tenant des propos parfois confus (l’impression d’être toujours plus ou moins endormi et « entre deux eaux ») lors de ses rares apparitions sur les plateaux de télévision.

Si je vous dit qu’Arno est un des artistes que j’apprécie, vous allez peut-être vous trouver surpris, au mieux allez-vous faire des yeux ronds sans oser rien dire… 😉 En effet, au-delà de son apparence, de certaines de ses chansons un peu déjantées, il se cache derrière ce personnage une très grande sensibilité et un musicien de rock hors pair. C’est un artiste très attachant et il mérite que l’on s’y arrête.

Pour cela, j’ai choisi de vous parler d’un de ses albums, paru en 2008, intitulé « Covers Cocktail » dans lequel il chante uniquement des chansons d’autres artistes (connus ou moins connus) mais avec sa touche personnelle au niveau de l’arrangement et de l’interprétation.

Ainsi, si vous « sautez le pas » et si vous prenez le temps d’écouter cet album vous découvrirez :

  • Une interprétation bouleversante de « voir un ami pleurer« , chanson de Brel.
  • De même son interprétation de « Sarah » (la femme qui est dans mon lit…) de Moustaki est, dans un autre style certes, aussi émouvante que la version de Reggiani.
  • On retiendra également la chanson de Nougaro « Je suis sous » dans une adaptation remarquable, que Nougaro lui-même n’aurait peut-être pas reniée, avec une orchestration originale où les accents des fanfares du Nord ont même leur place.

Mais ces trois chansons ne sont pas les seules à retenir dans cet album. On y rencontre également un titre de Gainsbourg « Elisa » (chanté en duo avec Birkin), une interprétation très jubilatoire de « Ils ont changé ma chanson » ou encore des chansons de Nino Ferrer, Dick Annegan, Jacques Dutronc, etc. sans oublier Les Beatles avec « Drive my car » ou les Rolling Stones avec un surprenant « Mother’s little helper » chanté sur un rythme lent. A noter qu’Arno a chanté plusieurs chansons des Stones dans ses différents albums.

A propos d’Arno lui-même et de ses propres créations, il faut prendre le temps d’écouter quelques uns de ses albums. Tout n’est pas toujours bon à prendre mais, parmi les six de ma discothèque, je vous recommande plus particulièrement « , « French Bazaar », Brussld » et « Jus de box ».

Voici quelques chansons à noter, soit pour leur texte soit pour leur musique, soit parfois pour les deux :

  • Dans les yeux de ma mère (sublime)
  • Mourir à plusieurs.
  • Mademoiselle.
  • Elle pense quand elle danse.
  • Chic et pas cher.
  • 40 ans.
  • La vie est une P…
  • Chanteur de charme.
  • Vide.
  • Bonbons.
  • Femme riche.
  • et plein d’autres à découvrir…

Afin de vous faire une idée, allez faire un tour sur Deezer à cette adresse. Vous y trouverez quelques titres des albums que j’ai cités précédemment.

Pour terminer, une information, Arno va sortir un nouvel album le 17 septembre. son titre est « Future vintage ». Patience pour les fans, plus que 3 jours. 😉

— 0 —

PS. Pour tout vous dire, je rapproche souvent Arno d’un autre artiste que j’aime beaucoup, il s’agit du regretté Alain Bashung. Peut-être prendrais je un jour le temps d’un article sur cet artiste.

Cette entrée a été publiée dans Musique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

1 Response to Arno, Brel, Reggiani, Nougaro…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.