Chronique cinéma 2015-1

Pour cette nouvelle chronique cinéma de l’année, le meilleur côtoie le pire même si dans l’ensemble une majorité se dégage avec une appréciation au dessus de la moyenne.

Pour mémoire, vous pouvez consulter les chroniques des mois précédents en suivant ce lien. Vous y trouverez également les récapitulatifs des années  20122013 et 2014.

La signalétique, sur une échelle à 5 niveaux, soit du meilleur au pire :  :-D   :-)   :-|   :-(   :-x

  • Les saveurs du palaisLes saveurs du palais. 😐 Hotense Laborie tient un restaurant périgourdin réputé, y compris auprès de la gente des élus locaux qui y viennent volontiers pour déguster une cuisine que l’on pourrait qualifier « de terroir » tout en restant très simple et très naturelle. Un jour, sa vie va être perturbée lorsqu’elle reçoit un fonctionnaire de l’Elysée qui vient lui demander de prendre en main la cuisine privée du Président, lequel souhaite justement autre chose que les plats trop sophistiqués qu’on lui propose quotidiennement. D’un caractère plutôt bien trempé, Hortense sait s’imposer face à la double hiérarchie qui gère la grande maison présidentielle. D’une part il faut composer avec la « Cuisine Centrale » qui ne voit pas forcément d’un bon œil cette inconnue des circuits de la grande cuisine, et d’autre part avec une administration complexe qui rend difficile toutes choses qui lui paraissent pourtant les plus élémentaires et les plus naturelles. Petit à petit Hortense va aussi apprivoiser le Président et une réelle complicité va s’installer entre eux. Au bout de deux années, elle va toutefois quitter son poste pour d’autres horizons… Inspiré du parcours de Danièle Delpeuch qui a effectivement tenu la cuisine privée de François Mitterand entre 1988 et 1990, ce film n’en est pas pour autant un biopic. Il est certes sympathique mais je ne pense pas qu’il laissera une trace au Panthéon du cinéma Français.  Ceci étant, on gardera un bon souvenir des interprétations de Catherine Frot et de l’inattendu Jean d’Ormesson, très convaincant dans le rôle du Président de la République. Plus d’information sur Allociné.
  • Viva la LibertàViva la Libertà. 🙂 Nous sommes en Italie, Enrico est secrétaire général du principal parti d’opposition. En mauvaise posture dans la perspective des élections qui s’annoncent, il est sérieusement malmené par les membres de son parti. Las, il rentre un soir chez lui et ne se présente pas le lendemain à l’importante réunion qu’il devait présider. Andréa, son proche conseiller essaie de gagner du temps en laissant entendre que Enrico est légèrement souffrant mais, conjointement, il demande de l’aide à Anna, la femme d’Enrico, laquelle finit par évoquer l’existence de Giovanni, un « vrai » frère jumeau qui pourrait temporairement faire illusion en attendant qu’Enrico revienne. Le souci est que Giovanni est un philosophe de génie mais totalement fantasque car il souffre de dépression bipolaire ce qui le rend assez difficilement contrôlable. Le temps passe et, Enrico ne donnant pas signe de vie, c’est Giovanni qui prend sa place. A la surprise générale, tant pour Anna et Andréa que pour les membres du parti, Giovanni fait parfaitement illusion. Tout le monde retrouve un secrétaire général combatif et plein de nouvelles idées, même si elles peuvent parfois paraître surprenantes. Les choses vont ainsi bon train mais, pendant ce temps, que devient Enrico ? Et combien de temps la supercherie va-t-elle encore durer ? Ce film est une comédie burlesque à l’Italienne extrêmement réjouissante. On s’amuse tout au long de cette farce qui en profite pour se moquer gentiment du microcosme politique. De plus on retiendra l’interprétation de Toni Servillo, absolument génial dans le double rôle de Enrico/Giovanni. Plus d’information sur Allociné.
  • L'inconnu du lacL’inconnu du lac. 😡 Quelque-part en France, au bord d’un lac dans le midi de la France. Ce lieu est un endroit de rendez-vous pour les rencontres homos entre hommes. Franck fait partie de ceux-là et il « flashe » très vite sur Michel, un bel homme très attirant qui semble passer régulièrement de partenaires en partenaires. Franck essaie petit à petit de l’approcher et le « piste » jusqu’au soir où il voit Michel se débarrasser d’un partenaire en le noyant. Malgré tout, Franck reste attiré par cet homme énigmatique, qu’il sait dangereux, et arrive à ses fins. La suite ? Je suis bien incapable de vous en dire davantage car, au bout de plus d’une demi-heure durant laquelle il ne se passe rien, ou presque, où l’essentiel se résume à des scènes de sexe sordides et on ne peut plus explicites, j’ai fini par abandonner. Pourtant, « L’inconnu du lac » a recueilli de très bonnes critiques de la part de la presse, mais certes un peu moins de la part du public. Après en avoir discuté avec des amis qui ont eu le courage d’aller jusqu’au bout, il semblerait que l’idée que j’en ai eue soit confirmée. Plus d’information sur Allociné.
  • Le jour d'aprèsLe jour d’après. 🙁 Cela faisait longtemps que le climatologue Jack Hall prévoyait un changement climatique important qui se traduirait par une nouvelle ère glaciaire, ne pensant pas toutefois que ceci se produirait avec une telle soudaineté. En effet, divers centres d’observation sur le globe font état de relevés inquiétants. Jack essaie d’avertir les autorités civiles et politiques en vain. Petit à petit les alertes recueillies ici et là se précisent et une tempête gigantesque se forme depuis le pôle nord pour dévaler, en direction de  l’Amérique du Nord, à une vitesse fulgurante. Jack insiste cette fois-ci encore avec force auprès des autorités tandis qu’il décide d’aller à la rencontre de son fils pour lequel il craint le pire à New-York déjà envahi dans la neige. Franchement, si vous avez un jour l’occasion de voir ce film, renseignez-vous s’il n’y a pas mieux à faire ailleurs. Il s’agit d’un mauvais blockbuster hollywoodien, bourré de scènes spectaculaires et toutes plus invraisemblables les unes que les autres. Même le message écolo et le comportement d’autruche des autorités ne sont pas crédibles. A éviter… Plus d’information sur Allociné.
  • En solitaireEn solitaire. 🙂 Suite à une blessure, le navigateur réputé Franck Drevil doit annuler sa participation au Vendée Globe. Ce sera donc son ami Yann Kermadec qui le remplacera au pied levé, ce dernier voyant enfin son rêve réalisé. Franck sera donc contraint de jouer le rôle de routeur à terre. Tout se passe pour le mieux durant les premiers jours jusqu’au moment où, en pleine séquence météo difficile, Yann est contraint de faire une halte dans une crique des Canaries pour effectuer une réparation. Peu de temps après sa reprise de la course, alors qu’il vient de perdre beaucoup de places au classement, il se rend compte qu’un passager clandestin s’est caché dans le bateau. Il s’agit d’un tout jeune adolescent Mauritanien qui cherche à fuir son pays pour se rendre en France. Furieux de devoir abandonner sa course, Yann est partagé entre la tentation de continuer avec le passager clandestin, sans rien dire pour ne pas être disqualifié, sinon de déposer le jeune homme, dès que possible, au risque de perdre encore plus de temps. Ce film est passionnant dans le sens où il nous plonge dans cet univers très particulier de la course en mer avec des images extraordinaires. De plus, François Cluzet y est d’une telle crédibilité que l’on finirait presque par oublier qu’il s’agit d’un film et non pas d’un documentaire. Ceci étant, le scénario est tout de même un peu mince et tout est plus ou moins prévisible. « En Solitaire » tient en grande partie à son interprète principal car tout ce qui se passe par ailleurs n’a qu’assez peu d’intérêt. En conclusion, voici un film qui mérite d’être vu si vous en avez l’occasion mais sans plus. Plus d’information sur Allociné.
  • La loiLa loi. 😀 Nous somme en 1974, Le Président Giscard d’Estaing vient de confier à Simone Veil, alors ministre de la santé, le soin de préparer puis de défendre devant l’Assemblée le dossier de légalisation de l’avortement. Si les partis de gauche sont plutôt favorable à une telle réforme de société, ce n’est pas forcément le cas d’une partie de la majorité présidentielle. Simone Veil va donc devoir faire face à de multiples embûches et défier de nombreux challenges parmi lesquels celui d’être une femme devant un personnel politique essentiellement masculin, d’affronter le conservatisme de l’aile droite de son propre parti, et enfin de voir monter des relents d’antisémitisme à son égard. Ce téléfilm est particulièrement réussi et ceci à plusieurs titres. D’une part, il retrace avec une précision extraordinaire la problématique de l’époque jusqu’aux moindres détails des discours, des prises de positions, etc. De ce fait il a une seconde vertu dans le sens où il apprend beaucoup à tous ceux qui n’ont pas vécu cet épisode fondamental de l’évolution de notre société. Enfin, Simone Veil est incarnée de manière magistrale par une Emmanuelle Devos particulièrement convaincante, aussi bien sur le fond que sur la forme (ressemblance bluffante). Contrairement à beaucoup de biopics un peu convenus, nous avons droit ici à une véritable leçon d’histoire contemporaine et d’humanisme. D’une certaine manière, « La Loi » rejoint cet autre téléfilm, également très réussi : « L’abolition » à propos de la peine de mort avec Charles Berling dans le rôle de Robert Badinter. En conclusion, « La Loi » est à voir sans réserve s’il est à nouveau diffusé dans les mois à venir. Plus d’information sur Allociné.
  • L'amour est un crime parfaitL’amour est un crime parfait. 🙂 Marc est professeur de littérature à l’université de Lausanne. Il vit dans un chalet de montagne, à l’écart de la ville, en compagnie de sa sœur Marianne avec qui il a une relation un peu étrange, qui n’est visiblement pas sans relation avec un lourd passé commun lié à la mort accidentelle de leurs parents. Outre sa manière très particulière d’animer ses cours, Marc a la réputation d’un séducteur qui multiplie les conquêtes parmi ses étudiantes. Ce soir là, nous le retrouvons sur la route qui mène chez lui, en compagnie de sa toute dernière conquête. Le lendemain, il se réveille, ne la retrouve pas à ses côtés mais ne s’en soucie pas plus que cela car il ne se souvient en fait pas très bien de ce qu’il s’est passé la veille. Il reprend ses activités à la fac et apprend en effet la disparition de la jeune fille. C’est alors que Anna, une belle femme, l’approche en se présentant comme la belle-mère de la jeune disparue. Ce film des frères Larrieu est très étrange, déroutant et parfois pervers. C’est à la fois un polar, un thriller, une comédie érotico-dramatique. Toute l’intrigue se déroule avec une lenteur étudiée, qui progresse comme un serpent vénéneux. Pour ma part ce n’est que longtemps après que j’ai décidé d’en revoir mon appréciation à la hausse. Il y a en effet dans ce film des tiroirs qui s’ouvrent et se ferment et il est important de bien saisir tout ce qui y entre ou en sort. Pour couronner le tout, le personnage principal de Marc est interprété par un Mathieu Amalric en plein possession de son grand talent, inquiétantau possible. Plus d’information sur Allociné.
  • Quai d'OrsayQuai d’Orsay. 😀 Alexandre Taillard de Worms, que certains reconnaîtront sous le nom de Dominique de V… est ministre des affaires étrangères. C’est un personnage flamboyant, égocentrique, mégalomane, imprévisible, qui mène un train d’enfer dans son ministère et épuise ses collaborateurs à force d’ordres, de contrordres, de discours de philosophie et de citations d’Héraclite. Bref c’est un type insupportable mais que tout le monde supporte quand même car, en plus, il est charmeur au possible. C’est ainsi qu’un nouveau collaborateur arrive en la personne du jeune Arthur, tout frais émoulu de l’ENA, et qui est chargé du « langage », ce qui revient à rédiger les discours d’Alexandre, chose qui n’est pas forcément facile compte tenu de l’aspect versatile du personnage. De plus toute cette petite armée de personnages se détestent cordialement, se balancent des vacheries et font tout pour, soit s’attirer les faveurs du maître, soit pour jouer le profil bas et se rendre transparents. Arthur arrive ainsi un peu comme « un chien dans un jeu de quilles ». La suite, je vous la laisse découvrir mais il est a peu près certain que vous n’allez pas pleurer. Cette comédie politico-burlesque est totalement désopilante, tenue par un Thierry Lhermitte en très grande forme, entouré d’acteurs tous plus irrésistibles les uns que les autres, chacun dans leur rôle, avec une mention toute particulière pour Niels Arestrup qui m’a fait mourir de rire dans son rôle de Directeur de cabinet impassible au milieu de la tourmente. Ce film de Bertrand Tavernier est une adaptation très fidèle de la bande dessinée éponyme de Blain &Lanzac que j’avais également beaucoup appréciée. Plus d’information sur Allociné.
  • VioletteViolette. 🙂 Avec ce film, Martin Provost propose une nouvelle fois une superbe biographie filmée d’un personnage atypique en la personne de Violette Leduc, femme écrivain mais qui, manquant cruellement de confiance en elle, a mis longtemps à être consciente de son talent et à être enfin reconnue par ses pairs. Elle va devoir cette révélation en grande partie à la rencontre avec Simone de Beauvoir qu’elle admirait plus que tout et dont elle était secrètement amoureuse. Pour plus de détails, consultez cet article Wikipédia consacré à la vie de Violette Leduc. Comme il l’avait fait avec brio avec « Séraphine » Martin Provost nous offre une bien belle évocation de Violette Leduc, mais également de cette époque d’après-guerre où les plus grands génies de l’écriture se côtoyaient (De Beauvoir, Sartre, Camus, Cocteau, Genet, Jouhandeau, et bien d’autres). De plus, il a été servi par deux grandes actrices en la personne de Emmanuelle Devos et de Sandrine Kiberlain respectivement dans les pas de Violette Leduc et de Simone de Beauvoir. Plus d’information sur Allociné.
  • PhilomenaPhilomena. 😀 Irlande, début des années 50. Philomena n’est encore qu’une adolescente quand elle tombe enceinte. Dans cette Irlande catholique très traditionnelle, la seule issue est de la placer chez les sœurs du couvent voisin, lesquelles assurent les soins nécessaires avant et après la naissance en échange d’un travail ingrat et gratuit de la part des jeunes filles, lesquelles n’ont que très peu de temps accordé pour s’occuper de leur bébés. Malgré tout, Philomena est très attachée à son fils Anthony, jusqu’au jour où ce dernier est emmené par un couple d’Américains venus pour l’adopter. Totalement déchirée par cette séparation, Philomena va malgré tout « faire sa vie » tout en essayant vainement de retrouver son fils, y compris en enquêtant auprès du couvent. Une nouvelle opportunité va se présenter lorsqu’elle rencontre Martin, un journaliste flegmatique et désabusé qui finit par accepter de l’aider. Stephen Frears nous offre ici un bien joli film avec cette histoire poignante d’une femme brisée par la vie mais qui conserve un optimisme et une détermination à toute épreuve. La charge émotionnelle et dramatique de cette histoire est toutefois tempérée par des séquences où l’on rit grâce à l’interprétation fabuleuse des deux principaux acteurs que sont Judi Dench et Steve Coogan. Plus d’information sur Allociné.
  • ContagionContagion. 🙂 Une jeune femme de retour d’une mission en Asie retrouve son mari et son jeune fils. Elle est mystérieusement atteinte d’une maladie inconnue qui l’emporte en quelques heures. Son fils succombe à son tour rapidement tandis que son mari ne semble pa atteint. Conjointement, de nombreux cas se révèlent un peu partout dans le Monde sans que le centre de prévention et de contrôle des maladies puisse identifier le ou les foyers de départ. Le Directeur du centre décide d’envoyer une jeune femme médecin pour tenter d’identifier les différents cas afin de mettre au point un vaccin, tandis que l’OMS mandate également une épidémiologiste déterminée à retrouver la source de l’épidémie. Conjointement un blogueur éminent répand la rumeur consistant à faire croire que l’on cache la vérité à la population. Avec ce thriller écolo-politico-médical, Steven Soderbergh  évite soigneusement de tomber dans le scénario du film catastrophe en essayant de coller au plus proche d’un scénario des possibles. Ceci étant, en dépit d’une belle distribution, nous sommes loin de films comme « Traffic », « Ocean eleven » ou encore « Effets secondaires ». Plus d’information sur Allociné.
Cette entrée a été publiée dans Cinéma et Télévision, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.